L’achat de mon Gravel Bike !

La voilà la première étape dans la préparation de ce projet fou qu’est NO(R)WAY : l’achat d’un vélo. On pourrait croire qu’il est très simple de s’équiper mais la vérité est plus complexe et la règle d’or est de “prendre son temps”. J’ai donc décidé de vous raconter ma phase de recherche, mon approche et comment j’ai enfin vécu une expérience incroyable pour trouver la monture qu’il me fallait.

Pour commencer, j’ai rapidement fait une recherche Google sur les “Gravel Bike”, j’ai assister à une superbe conférence durant le Fresh Air Festival sur le bikepacking, et puis je me suis lancé. Je dois bien admettre que l’aide de l’ami Yann Gobert m’a beaucoup apporté et vous allez voir qu’il m’a aussi offert de précieux conseils, le premier étant celui-ci :

“N’achète pas sur Internet ! C’est une connerie. Il faut que tu l’achètes en boutique car tu pourras avoir une relation de confiance avec ceux qui vont réviser ton vélo. Après tes premières sorties, il faudra resserrer et rechecker les éléments et tu seras très content de pouvoir te reposer sur eux.”

Ma (re)quête Google a très vite apporté des réponses claires, la première étant que “vélo de qualité” ne coïncidait pas forcément avec mon budget. Je ne suis pas partisan de mettre une fortune dans un vélo, ou bien de directement choisir le haut de gamme, quand on débute dans le domaine. Je voulais trouver l’équilibre parfait entre mon expérience, mon portefeuille et le potentiel du vélo. Bien évidemment que sur internet j’ai trouvé des Gravel aux alentours de 590€… mais j’ai aussi appris à lire la fiche technique et à me rendre compte qu’il y a des éléments à ne pas négliger. Avec un budget de 1000€, . j’ai donc rendu visite à 4 boutiques à Paris dans lesquels j’ai exposé ma situation et mes envies.

• STEEL Coffee Shop. 58 rue de la Fontaine au Roi – 75011 – www.steelcyclewear.com

Chez Steel, l’accueil est comme toujours très bon. Ce Coffee-Shop parisien donne vraiment l’impression d’être dans un repère de passionnés avant même d’être des vendeurs. Ils vous parlent des vélos à travers leurs expériences, des accessoires en fonction de ce que eux utilisent. Un régale ! Un des vendeurs m’a dirigé vers les Gravel de chez Ridley. Rien à dire, le vélo est magnifique, il semble robuste et il est présenté dans la boutique avec tous les équipements pour le bikepacking… Le seul point négatif pour moi, c’est qu’il dépasse mon budget.
– Ridley Bikes X-Trail A Apex1 – 1 400 €

 

Kilomètre 0 . 20 Rue des Acacias – 75017 – www.km0.paris

L’expérience chez KM0 est différente. En arrivant dans la boutique, le vendeur a joué la carte de la franchise avec moi et m’a clairement expliqué que dans mon budget, il ne trouverait pas chaussure à mon pied. Pourtant, quelques jours avant j’avais eu la bonne surprise de découvrir sur internet le nouveau modèle de Gravel de chez Cannondale, le Topstone Sora. KM0 était indiqué comme un revendeur de la marque. La réalité était que le modèle était déjà en rupture de stock alors même qu’il n’était qu’en pré-commande. Damn it !!!
– Cannondale Topstone Sora – 999 €

 

 

Jour de Vélo. 41 rue de Citeaux – 75012 – www.jourdevelo.fr

Sur les conseils de Yann, je me suis rendu à l’autre bout de Paris pour découvrir cette formidable boutique. Les vendeurs m’ont très bien reçu et ont été attentifs à mon projet NO(R)WAY. Il faut dire que j’avais commencé par me présenter en mentionnant Yann, le jour même où celui-ci organisait une sortie Gravel pour le magasin. Chez eux, j’ai pu découvrir pas mal de modèles qui correspondaient plus ou moins à ce que j’avais en tête. Mais au final, c’est sur un vélo de la marque Cube que le vendeur à positionner sa recommandation. Le vélo dépassait légèrement mon budget mais m’intéressait tout de même. Je sentais que j’approchais du but.
– Cube Nuroad Pro – 1 099 €

 

• Franscoop. 47 Rue Servan – 75011 – www.franscoop.com

Pour finir, Yann m’avait aussi parlé d’un magasin qu’il affectionne tout particulièrement. Franscoop c’est la boutique d’un passionné qui depuis les années 70 apporte son savoir à tous les passionnés, novices et experts du vélo. D’ailleurs la signature du magasin en dit long : Le vélo par nature.
J’ai été accueilli par Guillaume, qui avant même de me montrer le vélo qu’il me fallait a pris le temps de discuter de mes projets, de ma personnalité et de ce que je comptais faire avec le vélo. Après quelques échanges, il m’a présenté le modèle Diverge de la marque Specialized, une marque bien connu de tous et qui répondait à quasiment tous mes critères. Robuste, polyvalent, léger, performant et accessible puisque le vélo dépassait de 50€ seulement le budget de départ.

 

 

Avant même de donner ma décision, Guillaume m’a présenté à Vincent le boss des lieux, qui m’a tout de suite expliqué la démarche qui allait suivre. L’idée n’était pas de prendre une décision tout de suite mais d’abord de monter à l’étage dans ce qui ressemble à un cabinet de kinésithérapeute et de reproduire les spec’ du Diverge sur un vélo de test pour ensuite voir si ma morphologie correspondait au modèle et définir la taille la mieux adapté.
C’est là que pour moi, le simple achat d’un vélo s’est transformé en une véritable expérience. Vincent à vérifié ma souplesse, la souplesse de mes cervicales, ma position sur le vélo ( dos bien rond ) et ensuite ma manière de pédaler pour ensuite ajuster tout cela en fonction des côtes et dimensions présentent sur le site de Specialized. Le verdict est vite tombé, le Diverge m’ira très bien et ma taille sera un 58. Pour être honnête j’ai adoré cette façon de faire. Franscoop m’a vraiment donné l’impression de prendre au sérieux mon investissement et c’est tout naturellement que je suis passé à la caisse ensuite pour finaliser la commande.

Une semaine plus tard un SMS m’avertissait de l’arrivée de mon vélo ! Pour Vincent, il ne s’agit pas simplement de passer de récupérer sa monture. Nous avons pris le temps de me faire monter en selle pour ajuster sa position en fonction de ma posture une dernière fois. Les dernières consignes m’ont été donné et un rendez-vous s’est fixé dans quelques sorties pour venir vérifier que tout fonctionne parfaitement. J’ai donc compris ce que voulait me dire Yann par l’intérêt d’avoir quelqu’un avec qui parler, qui pourrait suivre le vélo et s’en occuper. Fermeture de porte, me voilà enfin seul en pleine rue Servan accompagné de mon nouveau jouet. Les rencontres sont faites, il n’y a plus qu’à prendre la route.

Voilà, je pense avoir été très précis sur ce que j’ai vécu pour m’offrir le vélo parfait pour débuter. J’ai pu échanger avec des passionnés et des experts qui m’ont aiguillé dans ma recherche. Un grand merci à eux et bon courage à tous ceux qui veulent franchir le pas ! Je vous en dis plus dès que je fais ma première sortie.

Matthieu Tober

📷 @lesothers • #Freshairclub ⛰ Adventure Photographer & Illustrator.

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *